L’Afsluitdijk

La poldérisation du Zuiderzee


Travaux du Zuiderzee
L’idée de fermer le Zuiderzee, pour contrer la salinisation des terres agraires et limiter le risque de voir les digues céder, faisait son chemin depuis le 17ième siècle, notamment dans le chef de Hendrik Stevin. Les terres se transformeraient en polders et pourraient rapporter de l’argent. A l’époque, l’idée de Stevin était irréalisable : l’eau ne pouvait être pompée hors des polders sans l’aide de pompes d’épuisement à vapeur. Aux Pays-Bas, ces pompes ne furent utilisées pour la première fois que lors de la poldérisation du Haarlemmermeer (1848-1852). L’idée de Stevin ne pouvait donc pas être mise à exécution.

L'ingénieur Cornelis Lely (23 septembre 1854 - 22 septembre 1929)
Cornelis Lely
Vers 1880, le débat autour de la poldérisation du Zuiderzee reprit. Les promoteurs savaient qu’ils ne pourraient supporter les coûts du projet seuls et qu’ils avaient besoin de l’aide de l’Etat. Ils se rassemblèrent en une organisation forte, la Zuiderzeevereniging (l’association du Zuiderzee) en 1886 et nommèrent Cornelis Lely conseiller.

Lely devint ministre des transports et de la gestion des eaux en 1891 et termina son projet de poldérisation du Zuiderzee la même année. Mais le plan ne fut pas mis en oeuvre, car il n’était pas certain que les sommes engagées dans le projet puissent être récupérées.

En 1913, la reine décida malgré tout qu’il était temps de réaliser le projet. Mais en 1914, la première guerre mondiale éclata, et le projet fut suspendu. Les routes de livraison par les ports pouvant être facilement coupées en temps de guerre, il devint évident qu’il était vital pour les Pays-Bas de pouvoir produire ses propres céréales. Les inondations de 1916 (connues sous le nom d’ « inondations du Zuiderzee ») ne firent que confirmer les avantages de la poldérisation du Zuiderzee.

On dépose des remblais de sable près de Flevoland Est
Remblais de sable
C’est ainsi que le plan de Cornelis Lely fut à nouveau pris en considération.

Le plan de Cornelis Lely était de construire une digue, l’Afsluitdijk, partant de la Hollande septentrionale et allant jusqu’à la Frise, en passant par l’île de Wieringen. On pouvait ensuite poldériser le lac ainsi obtenu (l’Ijsselmeer).