La Digue de Philippe

La sauvegarde

Digue de Philippe
Vidéo: digue de Philippe
Binche l’Escaut oriental soit de caractère ouvert, on ne pouvait pas éviter la réduction de l’estuaire  de l’Escaut oriental. De ce fait moins d’eau de mer pouvait entrer dans- et sortir de l’Escaut oriental. Alors le marnage devint plus petit. Malgré les bonnes intentions les ‘slikkes’ et  ‘schorres ‘ menaçaient d’entrer en danger. Afin d’éviter cela on a construit deux digues dans la partie de l’est de l’Escaut oriental : la Digue de Philippe (Philipsdam) et le lien nommé Digue Oester (Oesterdam). En premier lieu ils réduisirent la surface de l’Escaut oriental et de ce fait ils favorisèrent le mouvement de la marée dans la région restante. Outre les ‘schorres et ‘slikkes’’ ces barrages avaient de l’importance pour la sauvegarde de l’ostréiculture ( l’industrie des huîtres) à Yerseke. Les cultivateurs d’huîtres dépendent en large mesure du mouvement de la marée. En deuxième lieu derrière les digues se forma un plan d’eau sans mouvement de la marée, faisant partie de la liaison Escaut- Rhin. En troisième lieu les deux digues, ensemble avec le barrage anti-tempête de l’Escaut oriental protégeaient l’arrière-pays contre les hautes eaux. Aux soi-disant travaux de compartimentage appartenaient aussi la Quai Marquisat, le canal de décharge de Bath et l’écluse de décharge de Bath.

La digue

Fermeture de la digue de Philippe vue du ciel
Digue de Philippe
La Digue de Philippe peut être divisée en deux parties. La partie du nord allant du complexe d’écluses sur Le Plaat van Vliet ( situé dans le Volkerak ) à la correspondance avec la Digue de Grevelingen. La partie du sud menant depuis le complexe d’écluses  dans la direction de St-Philipsland. La digue a été construite le plus loin possible au fond de l’Escaut oriental pour éviter que les ‘schorres’ de St. Philips land ne parvienne derrière le barrage. L’eau douce et stagnante aurait pour conséquence la fin de la présence des ‘schorres’. La construction de la Digue de Philippe fut rendue plus simple par la fermeture temporaire du barrage anti-tempête de l’Escaut oriental. Cette méthode fut appliquée aussi lors de la construction de la Digue Oester.

Photo aérienne de l'île artificielle près de la digue de Philippe
Ile artificielle
Dans les années 1977 et 1978 fut aménagé une plateforme (île-chantier) de 96 ha sur le Plaat van Vliet. Le puits de construction creusé ici avait une surface de 19 ha afin de pouvoir réaliser le puits de construction on dragua 100 ha et on ajouta 130 ha. Au total fut coulé environ 370.000 m2 de béton inclusivement 27.000tonnes de l’acier armé. Les écluses étaient achevées à la moitié de1986 tandis que la partie fermée du barrage ne serait achevée qu’en 1987. Entre-temps sur le trajet entre St. Philipsland et la Digue de Grevelingen fut remblayé une grande quantité de sable.