La construction

Le seuil

Des bateaux amènent les caissons Phoenix au bon endroit
Caissons Phoenix
La passe du lac de Veere était 320 mètres de large. Le seuil sur lequel devraient se reposer les caissons, s’élevait jusqu’à 11m NAP et était cent mètres de large. Le seuil en question avait été construit selon la soi-disant construction-filtre. Cette forme de protection du sol (bed protection) évite l’érosion à l’aide de courant d’eau et des jets d’eau d’hélices des bateaux. Une autre solution plus compacte pour combattre l’érosion, c’est la pose d’un fascinage ce qui est souvent une construction de branchages d’osier qu’on fait couler jusqu’au fond de l’eau en l’alourdissant de pierres.
A Veere, le dernier caisson est mis en place à l'aide de cinq remorqueurs.
Vidéo: Fermeture du Veerse Gat
Aujourd’hui étant donné le caractère intensif de travail des constructions d’osier (provenant des oseraies) on emploie souvent le textile-géo. Le textile-géo est une fibre de polyester, tout comme beaucoup de vêtements de dessus, voiles rideaux, et remplissages de sacs à dos. Les vibres ont une grande résistance à l’usure, ils sont très souples et résistent bien les acides.

La construction-filtre employée pour le seuil de la Digue de Veerse Gat (Veerse Gatdam) se composait de plusieurs couches de pierres de différentes grossières granulaires. Le diamètre

Animation en 3-D d'un caisson Phoenix
Vidéo: caisson Phoenix
granulaire de la couche supérieure est déterminé par les exigences concernant la résistance au courant. Les grossières granulaires des couches se trouvant entre la couche supérieure et le fond, dépendent de la stabilité et l’imperméabilité. Une règle pratique souvent employée lors de l’exécution  de la construction-filtre est : Le diamètre grannulair de la couche supérieure est environ 5 fois si grand que celui de la couche inférieure correspondante. Ajouté à cela on peut faire usage de la division ci-dessous :

Espèces de pierre    Diamètre
Argile                         < 0,002 mm
Silt                             0,002-0,063 mm
Sable                          0,063-2 mm
Gravier                       2 – 63 mm
Pierre                         > 63 mm

Animation en 3-D de la mise en place des caissons
Vidéo: caissons à leur place
La couche supérieure du seuil de la Digue de Veerse Gat avait été construite des espèces de pierres tellement grosses qu’en cas d’un courant très puissant ( juste avant la pose du dernier caisson) le seuil resterait sur place.

De nouvelles techniques

Les caissons devraient répondre à un grand nombre d’exigences de qualité. Premièrement par exemple la digue devrait devenir forte et rigide. Une digue rigide implique peu de risque de déformation de la digue à cause de la pression de l’eau. Une deuxième exigence était qu’en premier lieu les caissons devraient pouvoir faire passer l’eau. En plus les caissons devraient être stables pendant le transport et l’immersion.

Mise en place du premier caisson. Les bateaux tirent le caisson au bon endroit.
Mise en place des caissons
Finalement les caissons devraient avoir une grande capacité de flottage. Si non, ce serait impossible de les accompagner vers leur endroit d’immersion. Afin de satisfaire à ces exigences, on adapta les caissons d’un certain nombre de façons. En premier lieu les caissons eurent des parois plus hautes et plus fortes. En deuxième lieu ne fut appliqué que l’armement du béton à l’endroit où l’eau passerait. Le béton en soi fut donc supprimé. Au-dessus du caisson fut construit une benne qu’on pourrait remplir plein de sable pour être sûr qu’après la pose, le caisson resterait sur place.

La pose des caissons

Sans l’emploi des nouveaux caissons la construction de la Digue de Veerse Gat aurait été beaucoup plus compliquée. Les caissons de passe sont des bacs gigantesques et  creux se composant de parois flottantes et des vannes élévatrices. (remonyables) Ils avaient tous la dimension d’un immeuble de sept étages. Le puits de construction où ils furent construits fut submergé plus tard. Etant creux, les caissons purent être pilotés de

Une heure après la fermeture du Veerse Gat
Fermeture du Veerse Gat
façon relativement facile vers l’endroit où ils seraient posés. Les caissons furent immergés en les laissant se remplir d’eau. Après que les caissons étaient sur leurs endroits, les parois flottantes furent enlevées. Ensuite les vannes furent levées de sorte que l’eau de la Mer du Nord puisse s’écouler librement. Ce n’est qu’après  tous les caissons étaient sur leurs endroits, que furent baissées toutes les vannes à la fois. Cela eut lieu au moment où la marée basse passa en marée haute. Ce moment peut être comparé avec un gymnaste se balançant aux anneaux. Au moment du passage de’ va’ au ‘vient’ elle s’arrête un instant et ça s’appelle ’le renversement’.
Remblai de sable
Remblai de sable
Finalement les caissons furent remplis entièrement de pierres. Pour être sûr que les marées n’entraîneraient pas les caissons, on déversa du sable au-dessus des caissons. Par-dessus du sable et des pierres on appliqua enfin une couche de bitume. Du côté du lac de Veere fut aménagée une route et du côté de la Mer du Nord fut aménagée une large plage.  Dans les années quatre-vingt-dix, l’ensemble a été exhaussé par remblayage hydraulique et plus tard on y planta de l’oyat. Il faudrait que la digue asphalté ressemble autant que possible à une dune naturelle.