La digue en trois tronçons

Schéma de la fermeture des chenaux
Schéma de chenaux
Le trajet de la digue peut être partagée en trois tronçons tout à fait différents. Du nord au sud : ( 1 ) Un tronçon large et peu profond, (2 ) Un tronçon se trouvant à 0 NAP, De Plaat van Oude Tonge et ( 3 ) Un tronçon étroit et profond. Pour chaque tronçon on prenait en considération une technique typique. Le Plaat van Oude Tonge aurait été exhaussé par remblayage hydraulique avec du sable provenant du fond de la mer. Après, le tronçon étroit et profond du sud serait fermé à l’aide de caissons. Finalement le tronçon large et peu profond du nord serait fermé à l’aide d’un téléphérique déversant des blocs de rocher. Pour achever l’ensemble, un pont et une écluse à sas seraient construits.

L’exhaussement du Plaat van Oude Tonge

Etau avec des blocs de béton
Etau avec des blocs de béton
En 1957, quatre ans après la catastrophe des inondations, on commença par exhausser par remblayage hydraulique le Plaat van Oude Tonge, un grand banc de sable fut exhaussé de sorte qu’il puisse servir comme point de départ du Grevelingen. De longs tuyaux montés aux dragues aspirantes se trouvant dans la Mer du Nord, transportèrent le sable vers Plaat ( le haut- fond) Ce haut-fond exhaussé divisa encore plus distinctement le Grevelingen en deux courants d’eau.

La fermeture du tronçon du nord

Remplissage des caissons avec du sable
Remplissage des caissons
Du côté de Schouwen- Duiveland le chenal n’était que 60 mètres de large, mais en revanche il avait une profondeur de vingt mètres. Le courant était beaucoup plus fort que du côté nord où la passe à fermer était plus d’un kilomètre de large.  Pendant que le Plaat van Oude Tonge fut exhaussé, le chenal du sud  ( près de Schouwen- Duiveland ) fut également rempli de sable, de sorte que la profondeur maximum n’était plus que cinq mètres. Ensuite les caissons construits sur Mesure furent posés l’un après l’autre dans le chenal.

La fermeture du tronçon du sud

Largage de pierres à partir d'un filet pouvant contenir 10 tonnes. On peut voir un pilier à droite.
Largage de pierres
Après que les 600 mètres de Schouwen-Duiveland avaient été enjambés, il resta encore une passe d’un kilomètre. Au lieu des caissons on employa une autre méthode pour ce travail. Un téléphérique fut employé pour déverser de gros blocs de rocher. Des bennes étaient suspendues au téléphérique sous lesquelles furent attachés des silos et des filets. Les filets furent remplis de sable, ciment, gravier et blocs de rocher déversés dans l’eau par un certain nombre de trajets. C’est qu’à certains endroits la passe à fermer  était tellement profonde que des caissons ne purent pas être employés.