Le Tunnel de l’Escaut occidental

Tunnel de l'Escaut occidental qui relie le Zuid-Beveland aux Flandres zélandaises
Vidéo: tunnel de l'Escaut occidental
Le Tunnel de l’Escaut occidental est un tunnel foré de 6,6 kilomètres de long entre Ellewoutsdijk et Terneuzen. Au point de vue technique, la construction du tunnel était un projet unique. La plupart des tunnels en Europe sont construits en matériaux durs, rocheux, ce qui semble plus compliqué que le fond mou de l’Escaut occidental, mais en revanche ce n’est pas comme ça. C’était pour la première fois dans l’histoire d’Europe qu’un tel long et profond tunnel fut foré à travers le sable et l’argile. Le point le plus profond du tunnel est situé à 60 mètres sous le niveau de la mer. Comparé avec un pont ou un tunnel immergé, un tunnel foré a une multitude d’avantages : les bateaux peuvent passer librement, les ancres des tunnels ne peuvent pas lâcher et en plus : c’est moins cher.

Enfin ! un tunnel


Tunnel de l'Escaut occidental
Tout comme le Pont de Zélande (2003) le tunnel de l’Escaut occidental ne fait pas partie des Travaux du Delta. D’autre part le tunnel peut en être considéré comme une conséquence indirecte. C’est que ce n’était pas possible de fermer l’Escaut oriental parce que l’accessibilité du port d’Anvers serait menacée. De ce fait la liaison entre Zeeuws-Vlaanderen et Walcheren ou Zuid- Beveland n’était pas extrêmement bonne. C’est qu’à part la protection, les Travaux du Delta avaient pris soin de la  liaison. Les meilleures liaisons signifient une impulsion pour entre autres le tourisme et l’économie. Cette impulsion manquait jusqu’à l’année 2003 dans les régions des deux côtés de l’Escaut occidental.
Jusqu’à ce temps-là il fallait se contenter de deux services de bac : l’un entre Vlissingen et Breskens et l’autre entre Kruiningen et Perkpolder. Quand il faisait mauvais, ces deux services étaient pourtant vite désarmés. Ceux qui voulaient traverser de Middelburg à Oostburg étaient obligés d’attendre ou bien faire un détour par  le Brabant-Septentrional.