Le domaine argileux central

Cette troisème catégorie est faite de polders qui peuvent être aussi bien sur du jeune ou du vieil argile. Un fossé est ensuite creusé autour de la digue.

Les polders sur vieil argile

Eaux souterraines douce, salée et saumâtre. Source: Wereld in Werking (Malmberg)
Eaux souterraines
Vers 1550 des lacs naturels existaient dans les régions de Hollande du Sud et Hollande du Nord. Suite au draguage de la fagne et suite à l'érosion ces lacs sont devenus plus grands et cela a causé la perte de précieux terrains. Pour contrer cela, l'homme a entreprit d'assécher ces lacs.

Le drainage a débuté par la construction d'une digue autour des lacs appelées ringdijk, pour 'digue annulaire' (en forme d'anneau). Un fossé est creusé autour de la digue afin d'évacuer l'eau du polder. Les premiers polders ont été réalisés à l'aide de moulins à vent. En 1852, au polder du lac d'Harleem, le drainage à vapeur a été utilisé. Cette technique a encore été améliorée en 1930, et lors du drainage du lac de Wiering le diesel et l'éléctricité ont fait leur entrée. Une fois asséché, il restait une couche de glaise au sol. La division des polders sur viel argile est moderne et à angles droits et le paysage est relativement plat.

Polders sur jeune argile

Les plus jeunes polders sont ceux du lac de l'Ijssel dont le sol est fait de jeune argile. La division dans ces domaines est droite et à grande échelle. Vu que le niveau de l'eau est bien sous contrôle, toute utilsation du sol est rendue possible.