Le domaine du nord: Groningen et le Friesland

Les marais salants

Coupe de la région des Wadden. Source: Wereld in Werking (Malmberg)
Région des Wadden
Au nod des P-B les différences de marée sont moins importante qu'au sud-ouest. Cela est dû au fait que le courant au sud-ouest est juste sur la côte. L'absence de grands fleuves au nord fait que l'envasement peut avoir lieu parallèlement à la côte.

Un élément distinctif du nord est la présence de marais limoneux appelés kwelderwallen. Ceux-ci se constituent d'anciens marais qui ont été constitués lors de fortes innondations et sont donc assez haut. Les torrents d'eau ont endommagés les kwelderwallen conduisant à leur érosion. Les sédiments libérés par l'effet d'érosion furent ensuite réparti sur les terres pour finalement former des kwelderwallen.

Les buttes (ou remblais)

Etant donné que les ces kwelderwallen étaient surélevés dans le paysage, ils constituaient un endroit idéal pour que l'homme s'y établisse. Les premiers hommes s'y établirent environ 600 ans av.JC. Cependant, tel que décrit dans la section sur la composition du paysage argileux, le niveau de la mer recommenca de monter il y a 2500 ans. Afin d'éviter que l'eau n'atteigne leurs maisons, les hommes durent surélever leur surface habitable et la renforcer avec des mottes d'argiles, du sable et des déchets. C'est ainsi que se constituèrent les buttes (terpen). En fonction du niveau de la mer, la hauteur de ceux-ci devait être revue régulièrement.

Peuplement permanent

Entre 300 et 1000 ap.JC. l'influence de la mer sur le paysage a été exacerbée par quelques 'transgressions'. La mer innondait régulièrement la terre et laissait derrière elle une couche d'argile lourd. Cet argile faible en calcaire s'appele knipklei.

A partir de l'an 1000, des digues furent construites au nord des dorsale de marais limoneux (kwelderwallen). Les buttes deviennent alors des endroits à habitat durable et le lotissement sur sol argileux s'étend de plus en plus à partir des villages situés sur les buttes. L'amélioration des techniques permet de gagner du terrain sur les régions côtières aux alentours de 1200. Cette extension territoriale de ces sols marécageux est stimulée par le droit à l'extension que possédaient les habitants. Ce droit prévoyait que les propriétaires de terrains endigués avaient un droit de préférence sur les terrains adjacents non-endigués. Les hommes endiguèrent donc ces parcelles afin d'accroître leur domaine privé. Les indivisions se faisaient perpendiculairement par rapport à la digue. Le sol de ces nouveaux terrains étaient également fait d'argile.

Parcellisation

A l'extérieur des digues des jeunes sols marécageux, les gains territoriaux sont encouragés par l'homme. Les sols assèchés suite au retrait de la mer sont entourés de barrages en fagot de bois. L'eau de mer peut ainsi être contenue afin que l'argile fertile puisse s'affaisser. Le sol sèche petit à petit et un nouveau terrain est gagné.
Le paysage argileux du nord des P-B connaît différentes divisions du terrain et manières d'employer celui-ci.   Dans les domaines de knipklei il est question de répartition en bandes. Les terrains plus bas et mouillés sont souvent utilisés comme prairie.
Dans la Frise (Friesland), les domaines les plus élevés sont surtout utilisés pour l'élevage, et à Groningen pour l'agriculture. L'argile fertile des marécages nouvellement endigués était un sol propice à l'agriculture.