Le paysage argileux marin

Il s'agit d'un des paysages les plus notables de la côte néérlandaise. Il est plutôt jeune et dynamique et sa formation est encore en cours.

Réchauffement

La période atlantique commenca il y a environ 6000 ans avant Jesus Christ et la mer eu de plus en plus d'influence sur le paysage. Le réchauffement de la terre au début de la période holocène (-8000 av.JC) contribua a faire monter les eaux. Avec l'affaissement du sol cela fit reculer la ligne côtière d'environ 5 km par siècle vers l'est pour finalement atteindre la ligne actuelle.

Dunes et mers intérieures

Le haussement du niveau de la mer signifiait une augmentation du niveau de l'eau. Le sol devint mouillé et de la tourbe vint s'ajouter à la couche de la période pléistocène. Chaque marée haute laissait sur la tourbe des dépôt limoneux. Une grosse couche de boue se forma dans laquelle des petites plantes pouvaient pousser. Il y a également du sable qui y restait, à travers quoi des dunes se formèrent. Toutes ces dunes ensemble formèrent des digues naturelles: de longues artères de sable longeant la côte. Le niveau de la mer continua de monter et les digues ne purent pas toujours contenir les eaux. L'eau envahit alors les terres intérieures et forma lentement mais sûrement des grandes surfaces d'eau peu profondes se formèrent, toujours séparées de la mer par les crêtes de sable (strandwallen). Lors d'innondations, l'eau de mer fait irruption comme un torrent de boue charriant avec lui de l'argile marin. A marrée basse l'eau se retire doucement vers la mer. Le niveau d'eau baisse ainsi et la vitesse du courant par la même occasion. Le sable s'affaisse et forme des plaques de sables qui sèchent lors des marées basses.

Criques et marais salants

Un peu plus à l'intérieur des terres l'argile s'enfonce. Le long de la côte les bancs de sable s'élèvent et par les couches d'argile ils forment un bon sol pour les plantes halophytes, c.à.d. supportant le sel. Ces plantes freinent le courant et des petites rigoles se forment entre elles. En cas de marée haute l'eau déborde de la crique et envahit le marais. De l'argile sablonneux est déposé sur les berges des criques et, un peu plus loin, l'argile lourd s'enfonce et fait monter le niveau du marais.

A un certain moment, le marais est tellement haut qu'il n'est envahit que par des crues exceptionnelles. De plus, l'élévation du niveau de la mer s'est arrêtée il y a 5000 ans. Maintenant que l'eau ne déferle plus au delà des criques, le sable reste dans le lit de la crique. Lentement mais sûrement les criques s'ensablent suite à quoi se forment des reliefs. Ces reliefs appelés "kreegruggen" (lit. dorsale de crique) se trouvent un peu plus haut dans le paysage que l'argile. Cela est dû au fait que lors du drainage l'argile descend plus que le sable.

Régression et transgression

Le niveau de la mer a de moins en moins monté, et à moment donné elle s'est même retirée. C'est le phénomène de régression. Pendant cette période les banc de sable s'élargissent et de la fagne peut se former dans les marais. En 500 av.JC la mer recommenca à monter (transgression). Cela était dû à un fort vent d'ouest qui causant des torrents d'eau. La mer pu à nouveau percer les "murs de plage" et submergea les canaux de boue à nouveau. Il a été question d'érosion par la mer, mais assez rapidement de nouveaux dépôts d'argile marin vinrent se poser. Etant donné que ces brèches par lesquelles la mer s'infiltrait se trouvaient surtout au sud-ouest et au nord du pays, c'est principalement là que se trouve le jeune argile marin.