Le téléphérique

On ferme la dernière partie du le passe du port de Brouwen. On largue des blocs à partir des cabines du téléphérique.
Vidéo: le passe du port de Brouwen est fermé.
Le chenal du sud menant du Middenplaat vers Schouwen-Duiveland fut fermé à l’aide d’un téléphérique. D’abord fut examiné quelle serait l’espèce de téléphérique la plus convenable à ce travail. C’est que le téléphérique devrait répondre à un certain nombre d’exigences. Le téléphérique devrait être capable de transporter autant de pierres que la fermeture ne prenne plus que 9 à 10 semaines. Eventuellement  un retard de 12 à 15 semaines serait possible. En tout cas la digue devrait être achevée avant que les tempêtes d’automne puissent commencer. Au total 600.000 tonnes de pierre devraient être déversées dans le chenal du sud. En se basant sur une journée de travail de 12 heures, les bennes devraient être capables de déverser en moyenne 700 tonnes de matériaux à l’heure. Par l’expérience acquise lors de la construction de la Digue de Grevelingen, on savait pourtant que surtout au début un retard pourrait se présenter. Dans la pratique le téléphérique devrait avoir une capacité de 1200 tonnes à l’heure. Si non, on n’arrivera pas à réaliser l’emploi du temps.

La cabine 14 (à vide) croise la cabine 15 (chargée).
Les cabines se croisent
Trois espèces de téléphérique entrèrent en ligne de compte : un téléphérique de circuit, un téléphérique de retour et une grue de câble.

1. Un téléphérique de circuit est un long câble auquel ont été suspendus aux endroits fixe des bennes non habitées. Le câble tourne en rond, poussé par un moteur. Les bennes ont été attachées au câble et tournent de soi dans la même direction. Auprès d’une station de charge les bennes seraient  décrochées temporairement  du câble, afin d’être chargées. Cependant la capacité d’un tel téléphérique de circuit n’était que de 400 à 500 tonnes à l’heure. En plus il n’y avait que 5 tonnes de matériaux capables d’être transportés. Vu que de gros morceaux de béton devraient être transportés, cette capacité fut considérée trop légère. Un troisième désavantage était le niveau de déversement du téléphérique de circuit. La hauteur des cabines en relation avec l’eau ne pouvait pas être variée. On avait peur que les pierres déversées de grande altitude puissent endommager le barrage.

2. Un téléphérique de retour avait déjà été employé au- paravant lors de la construction de la Digue de Grevelingen. En cas d’un téléphérique de retour, le câble est attaché aux deux

La cabine numéro 8 lâche les premiers blocs de béton durant la période d'apprentissage des conducteurs.
Lâcher les blocs
côtés de la passe à fermer. En cas d’un téléphérique de circuit le câble bouge ; en cas d’un téléphérique de retour ce sont les bennes qui bougent. En cas d’un téléphérique de retour il y a un moteur central qui pousse  le câble. Et chaque benne a son propre moteur  et conducteur. Plus d’information sur ce système on peut lire chez : la Digue de Grevelingen.

3. Au fond la grue à câbles n’est pas un téléphérique. Par cette méthode on tire un chariot  (porte palan) pardessus du câble. Un porte palan c’est un petit chariot roulant ou glissant pardessus d’un rail et équipé d’une accroche pour transporter des charges. Le portepalan pourrait seulement aller et venir entre deux hautes tours qui se trouvent sur la rive. Le grand avantage de la grue à câble était la hauteur de déversement variable. Cela ne contrebalançait pas à la capacité limitée et les frais de construction élevés.

Nouvelles bennes

Téléphérique avec cabine
Cabine
Notamment parce qu’on trouvait dommage de ne pas profiter de l’expérience acquise lors de la construction de la Digue de Grevelingen, on choisit un téléphérique de retour. Sur le banc de sable Middenplaat et sur la rive de Schouwen-Duiveland furent construits une station de chargement et un disque tournant. Au milieu du chenal furent posées des pylônes en béton armé pour soutenir le câble. La longueur totale du téléphérique et des stations de chargement était de presque 1,8 km ! Les différences avec le téléphérique de la Digue de Grevelingen étaient le poids et la capacité des bennes. Les bennes de la Digue Grevelingen avaient une capacité de 10 tonnes, tandis qu’elles-mêmes avaient un poids deux fois plus grand. Les nouvelles bennes avaient un poids de 15 tonnes et elles étaient capables d’emporter 15 tonnes aussi. On voulait employer aussi une autre espèce de matériaux de déversement pour la construction de la Digue de Brouwer. De grands blocs en béton furent employés, suspendus sous la cabine à l’aide de grappins. Les blocs en béton pesaient  2,5 tonnes chacun. Donc chaque fois 6 blocs en béton pouvaient être emportés. Au total plus de 240.000 blocs en béton furent déversés dans la passe à fermer du sud. Cependant,  à ce moment-là le barrage n’était pas tout à fait fermé. Puisque entre les blocs en béton, l’eau pourrait encore couler. La digue fut remplie de sable de sorte que l’eau ne puisse plus y passer.