2. Les inondations de 1953

Extra edition of the Dutch News in 1953, in which the first images are shown about the devastated area.
Video: First news about floods 1953
Dans la nuit du 1er février 1953, une marée de vives eaux, combinée à une tempête de nord-ouest sur la Mer du Nord, causa des inondations catastrophiques au Royaume-Uni, en Belgique et aux Pays-Bas. Au total, 2167 personnes y laissèrent la vie, dont 1835 aux Pays-Bas. Cette catastrophe a énormément influencé la manière dont le pays se protège de la mer.

2.1 Refuges, digues et polders


Animation: Flooded area
Les Pays-Bas ont souvent dû faire face à des inondations par le passé, et à chaque fois, des milliers de personnes y perdirent la vie. Pour se protéger de la mer, on construisit des refuges, desou ‘tertres’. Comme les tertres ne cessaient de s’étendre, on finit par bâtir dles villages entiers dessus. Pour relier cles villages entre eux, on construisit de petites digues, ce qui créa des polders. C’est ainsi que les Pays-Bas s’étendirent petit à petit, grâce aux digues et aux pompes actionnées par le vent qui gardaient le pays au sec.

2.2 Des digues affaiblies

Dike that just survived the enormouse high tides. Clearly one can see that the dike has been undermine to the core.
Dike undermining
Dans les années précédant la catastrophe, on se rendit compte que les digues n’étaient pas assez hautes pour résister à un niveau des eaux élevé. La longueur totale des digues était bien trop importante et celles-ci avaient perdu de leur résistance à cause du manque d’entretien et des dégâts causés par la deuxième guerre mondiale. Mais on rencontra des difficultés à il s’avéra difficile de mettre en oeuvreélaborer un plan visant àd’ amélioreration de la structure des digues et de à raccourcirssement de la côte. Seuls quelques travaux d’une ampleur limitée furent entrepris. A la fin du mois de janvier 1953, la Commission des ondes de tempête (« Stormvloedcommissie ») émit un premier rapport contenant des plans de fermeture des bras de mer les plus importants. Quelques jours plus tard, la catastrophe se produisit.

2.3 La cause météorologique des grandes inondations

Through enormous hole in the dike water makes itself a way to the lower laid land.
Dike destroyed
Le très mauvais état dans lequel se trouvaient de nombreuses digues de la région du delta fut malheureusement évident le matin du 1er février 1953. Le 30 janvier, une zone cyclonique se créa au sud de l’Islande avec, derrière elle, une forte dépression. La tempête se dirigea vers les Pays-Bas et poussa énormément d’eau vers le Pas-de-Calais. Le passage étroit fonctionna comme un entonnoir, ce qui poussa l’eau toujours plus haut. La tempête se renforça sous l’influence d’un ouragan au large de l’Ecosse. Déjà, Ddans certaines régions des Pays-Bas, l’eau passait déjà par-dessus les digues.
Horse standing in the water
Horse standing in the water
Dans la nuit du 31 janvier, la tempête gagna encore en violence au-dessus de la Mer du Nord. A la côte, on observait des vents de 10 Beaufort. De plus, la tempête se combinait à une marée de vives eaux. Lors d’une telle marée, le niveau des eaux est plus élevé que la normale à cause de la position du soleil et de la lune.

Cette nuit-là, l’eau atteignit son plus haut niveau à 3h24 : 4,55 mètres au-dessus du NAP (niveau normal à Amsterdam, mesure de référence aux Pays-Bas). Les digues n’avaient pas été conçues pour résister à un tel niveau des eaux, et les premières d’entre elles cédèrent avant même que ce niveau record ne soit atteint. Au total, 89 digues se rompirent.

2.4 La force dévastatrice de la mer

House that still stands on a few wooden beams and one outer wall.
Vestiges of a house
Beaucoup de gens furent surpris par l’eau dans leur sommeil. Les maisons s’effondraient sous la force de l’eau et la violence de la tempête. Mais le reste du monde ne saisissait pas encore la gravité de la situation. Une situation qui empira encore dans l’après-midi du 1er février, avec la deuxième marée haute. C’est cette marée qui fit le plus de victimes. Comme les digues avaient déjà cédé, l’eau se mit à monter encore plus haut dans les polders. Les maisons qui avaient résisté à la première marée s’écroulèrent. Pour beaucoup, l’aide arriva trop tard.

2.5 L’aide

Rescue-squad walks over one of the temporary emergency sandbag dams.
Sandbag dam
Toute liaison avec les régions sinistrées étant interrompue, beaucoup trop de temps s’écoula avant que des actions de sauvetage de grande ampleur ne soient entreprises. Ce n’est que le lundi 2 février que l’on comprit la gravité de la situation. Les habitants des régions touchées furent évacués, et des avions lâchèrent des vivres et des sacs de sable. Très vite, l’aide afflua du reste du pays et de l’étranger.

2.6 Reconstruction de la région touchée

Nylon sandbags are use to close the opening in the embankment
Closure with sandbags
Le 4 février 1953, le ministre Drees annonça à la Deuxième Chambre que la reconstruction des digues devenait la priorité numéro 1 du pays. On créa une commission Delta, avec à sa tête monsieur Maris, directeur général du département de gestion des eaux (« Rijkswaterstaat »). Entre-temps, les ouvriers des digues et les volontaires s’étaient mis au travail et rebouchaient les brèches comme ils pouvaient. Là où elles étaient trop importantes, on utilisa des caissons d’unité. Fin 1953, la région fut officiellement déclarée sèche.

2.7 Conséquences

Les conséquences de la catastrophe furent énormes.

  • 1835 personnes décédèrent des suites de la catastrophe.
  • 200 000 têtes de bétail périrent.
  • 200 000 hectares de terre furent sous eau.
  • 3000 habitations et 300 fermes furent détruites.
  • 40 000 habitations et 3000 fermes furent endommagées.
  • 72 000 personnes furent évacuées.
  • 91 kilomètres de digues furent sévèrement endommagés en Hollande méridionale, avec des brèches allant jusqu’à un kilomètre de long.
  • 10 kilomètres de digues furent sévèrement endommagés en Brabant septentrional.
  • 38 kilomètres de digues furent sévèrement endommagés en Zélande, avec des brèches allant jusqu’à 3,5 kilomètres de long.