Les travaux de compartimentage

Panneau de présentation du lac de Zoom
Gestion des ressources en eau
La décision de construire un barrage anti-tempête dans l’Escaut oriental avait un certain nombre de conséquences. En cas d’un barrage fermé le mouvement de la marée aurait été éliminé entièrement. Sans prendre des mesures le mouvement de la marée aurait été sauvegardé entièrement. A cause de la construction du barrage anti-tempête la marée haute et la marée basse perdirent quand-même leur force. Le mouvement de la marée diminua d’un quart.  Par conséquent les ‘schorres’ tombèrent à sec à beaucoup d’endroits le long de l’Escaut oriental, tandis qu’à marée haute ils inondaient toujours. Pour faire élever le niveau de l’eau on décida de réduire la surface de  l’Escaut oriental.

Panneau de présentation avec une vue schématique de la digue de Grevelingen, les écluses de Krammer et la digue de Philippe
Panneau de présentation
L’Escaut oriental devait être partagé en compartiments. Les barrages projetés à cet effet furent appelés ‘travaux de compartimentage’. Ce sont la Digue de Philippe (Philipsdam, entre la Digue de Grevelingen et St Philipsland), la Digue Oester (Oesterdam, entre Tholen et Zuid-Beveland ),  la Quai Marquisat (entre Zuid-Beveland et le Brabant Septentrional) et le canal de décharge de Bath, une écluse de déchargement à travers Zuid-Beveland. De ce fait les eaux, fermées par des digues (le Krammer, le Volkerak, le Zoommeer et le lac du Marquisat) devinrent douces.

A part le compartimentage de l’Escaut oriental les digues avaient aussi la fonction de garantir un niveau d’eau stable dans la liaison Escaut- Rhin accordé par les Pays-Bas avec la Belgique en 1968. Une bonne liaison était de haute importance pour l’accessibilité du port d’Anvers. En plus les digues jouèrent un rôle à la gestion de l’eau et la gestion des environnements du Brabant occidental par exemple. En créant des lacs d’eau douce on eut la disponibilité de l’eau au profit de l’agriculture tourmentée longtemps par la croissance de la salinité.