Protestations contre un barrage fermé

Au fil des ans un problème a commencé à se présenter dans le Hollandse IJssel. L’eau de mer salée se répand peu à peu vers l’ouest, parce que relativement peu d’eau douce est apportée par les rivières. De ce fait la limite de sel peut se déplacer de plus en plus loin à contre courant. Pour l’alimentation en eau potable ça pourrait avoir des conséquences désagréables. C’est que l’eau de la Meuse est employée pour l’alimentation en eau potable des habitants de Rotterdam et ses environs. C’est que si l’eau de la rivière devient plus salée, les frais des entreprises d’épuration des eaux naturelles augmenteront, vu que l’eau doit être dessalée d’abord.

Photo aérienne du barrage anti-tempête
Barrage anti-tempête
Des recherches révélèrent que les marées prennent justement soin que l’eau dans le Hollandse IJssel reste douce. La marée fait balancer un bulbe d’eau douce sans ajouter ou diminuer son volume. Le réservoir d’eau douce fait que l’eau salée ne puisse pas se jeter dans la rivière. La fermeture du Hollandse IJssel pourrait avoir pour conséquence que l’équilibre soit perturbé et que la limite de sel se déplacerait vers l’ouest. En plus l’eau polluée de la ville de Gouda ne pourrait pas couler librement vers la mer du Nord. Sans parler des nouvelles installations d’épuration, toute la ville devrait être pourvue d’une nouvelle canalisation d’ordures Et pour une vielle ville comme Gouda ce n’est presque pas réalisable. Un troisième obstacle dans la construction d’un barrage fermé dans le Hollandse IJssel est de l’ordre pratique. Sur le Hollandse IJssel se trouvaient un certain nombre de chantiers navals produisant des navires jusqu’à  quelque 2000 tonnes. Pour ces bateaux le barrage devrait être équipé d’une écluse à sas. Cependant, cette écluse ne serait pas unique, car outre une écluse à sas  il faudrait encore une écluse de décharge pour l’eau et une écluse pour la navigation de l’intérieur. Ça ne conviendrait simplement pas. A cause de ces  trois considérations on avait déjà rejeté le plan avant la catastrophe de l’an 1953 impliquant la construction d’un barrage fermé dans le Hollandse IJssel.