Un barrage fermé ou un barrage anti-tempête ?

Au premier abord l’Escaut oriental serait fermé par un barrage normal. En 1967 on avait déjà commencé d’exhausser de sable par remblayage hydraulique les trois îles de travail (chantiers). Après, ce ne serait qu’une question de couler du béton pour fermer l’Escaut oriental. Cependant on ne l’a jamais réalisé. De plus en plus de personnes commencèrent à se réaliser les différentes conséquences de la fermeture de l’Escaut oriental. Il est vrai que la sécurité avait la priorité, mais il ne faudrait pas oublier la nature non plus. Une possibilité serait de tenir ouvert l’Escaut oriental et d’exhausser systématiquement les 150 km de digue des deux côtés de l’Escaut oriental.

Concertation à la Chambre à propos de l'Escaut oriental: faut-il le fermer ou le laisser ouvert?
Concertation à la Chambre
Cependant, en 1975, le gouvernement de l’époque proposa la construction d’un barrage à passes, capable d’être fermé quand même. Le barrage se composerait de piles entre lesquelles furent suspendues des vannes capables de fermer l’Escaut oriental en cas d’urgence. Le barrage anti-tempête serait considérablement plus cher qu’un barrage normal (fermé). Voilà pourquoi des discussions vives suivirent dans l’assemblée nationale (2e kamer). En 1979 le parlement tomba d’accord. Il faudrait construire deux barrages auxiliaires aussi, la Digue de Philippe (Philipsdam) et la Digue Oester (Oesterdam). De ce fait la surface de l’Escaut oriental fut limitée et le mouvement de la marée fut renforcé. En plus se formerait une route de navigation sans marée entre Anvers et le Rhin.

Sauvegarde de la nature

Mouettes
Mouettes
Le paysage qu’on trouve des deux côtés de l’Escaut oriental est unique dans le monde. Nul part le jeu de terre et mer a laissé des traces tellement uniques que dans l’Escaut oriental. La variété de vie est grande. Il y vivent plus de 70 espèces de poissons, 140 espèces de plantes aquatiques et algues, 350 espèces d’animaux du sol et entre 500 et 600 espèces sur terre. En plus l’Escaut oriental est une région importante pour les oiseaux à la recherche de nourriture et qui veulent couver ou chercher un endroit pour hiverner. Si l’Escaut oriental avait été fermé, ce milieu d’eau salée disparaîtrait, ensemble avec la mytiliculture et l’ostréiculture. Cela aurait eu également des conséquences économiques défavorables. La pêche était la source de revenue la plus importante pour les villages de pêche traditionnels. Dès 1870 on s’occupe de l’ostréiculture dans l’Escaut oriental.